Adolescents

L’adolescence est un passage délicat qu’il faudrait pouvoir aborder le plus sereinement possible tant pour le jeune lui-même que sa famille.

C’est un moment crucial dans la construction identitaire d’un individu. On parle de « crise d’adolescence », ce terme n’ayant pas nécessairement une connotation négative, au contraire la crise est synonyme de changements, de mouvements, de nouvelles perspectives.

L’adolescence est un temps « entre-deux », le jeune n’est plus ni tout à fait un enfant, ni encore tout à fait un adulte. Il est dans le même temps encore dépendant des ses parents et fait ses premières vraies expériences d’indépendance, en se détachant de plus en plus des adultes qui l’entourent.

Puis le jeune est traversé par un tumulte de bouleversements à la fois physiologiques (puberté, croissance etc.) et psychologiques (amitiés, émois amoureux, détachement d’avec les idées des parents, choix scolaires et professionnels etc.).

Autant dire qu’il est tout à fait normal et commun de se retrouver en manque de repère et de stabilité dans une telle situation ! Et du côté des parents, de ne pas savoir comment soutenir au mieux son enfant dans cette transition.

Le suivi thérapeutique de l’adolescent passe comme pour les enfant par des médiations mais également par la parole car l’adolescent est à même d’énoncer une demande.
Un suivi et une écoute professionnelle permettront au jeune d’avoir des clés et des outils pour comprendre ce qu’il est entrain de traverser et l’y aider au mieux.

Cela peut aussi permettre de déterminer s’il s’agit pour le jeune de difficultés relevant du développement normal, qui seraient donc temporaires ou bien si elles sont le prémisse de troubles plus importants ou en devenir.

Les parents peuvent demander à me rencontrer tout au long du suivi, si l’adolescent n’y est pas opposé.

Comme pour tous les types de suivi, la confidentialité de l’espace thérapeutique est garantie au jeune, sauf en cas de révélations majeures nécessitant la levée du secret.